Retour à la page d'accueil

L’intercommunale I.V.I.O. très satisfaite de la structure de PPS avec SUEZ

L’I.V.I.O., l’intercommunale d’Izegem et de dix autres communes, travaille depuis de nombreuses années déjà avec une structure de PPP pour la collecte et le traitement des déchets ménagers. « Nous sommes très satisfaits de la mise en place de cette structure. »

Collecte et traitement au meilleur prix

En 1997, l’intercommunale chargée des déchets à Izegem et dans les environs a pris une décision radicale qu’elle n’a pas regrettée un seul instant. L’I.V.I.O. a couvert sa propre installation de traitement et a engagé un partenaire privé comme expert en déchets. L’« association intercommunale pour la gestion environnementale durable à Izegem et ses environs » est devenue une intercommunale mixte. « L’I.V.I.O. manquait d’expertise pour la gestion de la collecte des déchets et des parcs de recyclage », explique Tonny Berteloot, vice-président de l’I.V.I.O. »

Aujourd’hui, l’I.V.I.O. collabore toujours beaucoup avec le même partenaire privé ECOWEST, dont SUEZ représente une partie importante. « L’objectif social des onze communes concernées est donc d’offrir à leurs habitants le meilleur service possible en matière de collecte et de traitement des déchets ménagers, et ce au meilleur prix possible. Pour atteindre cet objectif, le partenaire privé a un rôle crucial à jouer. Il fournit les connaissances et est responsable de la conformité au marché. »

Exécution rigoureuse des tâches de gestion

Frank Bulcke, directeur général de l’I.V.I.O. et délégué par SUEZ, en est la preuve vivante. Le travail de son équipe est suivi en permanence, mais, à mi-chemin du contrat actuel, une évaluation intermédiaire approfondie a été effectuée par une commission ad hoc externe, tant auprès des collaborateurs de l’I.V.I.O. que des communes participantes. « La conclusion était positive », explique-t-il. « Nous avons obtenu de bons résultats en termes de service pour la collecte et le traitement des déchets, d’une part, et nous avons également prouvé que nous apportons une valeur ajoutée aux citoyens et aux communes et que nous exécutons nos tâches de gestion avec rigueur. »

PPS : la formule la plus efficace

L’I.V.I.O. propose un service particulièrement poussé. « Nos 121 500 habitants disposent de onze parcs de recyclage, un par commune. Aucune autre intercommunale n’offre un tel service. Pourtant, le coût par habitant reste serré », nous dit Tonny Berteloot. « Le partenariat public-privé est pour nous la formule la plus efficace. Si vous comprenez les intérêts de l'autre partie et que chacune accorde des avantages à l’autre, un bon équilibre s'installe entre le service souhaité pour le partenaire public et les exigences du partenaire privé. Le premier veut un bon service, le second veut du rendement. »

Nous avons trouvé un équilibre dans notre structure de PPS : le partenaire public veut un bon service, le partenaire privé veut du rendement.

Tonny Berteloot-vice-président de l’I.V.I.O.

Diminution du coût net

L’I.V.I.O. a réussi à réduire considérablement la contribution nette par habitant des communes. « De 45 € par habitant, le coût est passé à 31 €, un résultat particulièrement bon en comparaison des autres intercommunales », souligne Frank Bulcke. « Nous avons rendu les sacs-poubelles un peu plus chers et appliquons donc le principe du « pollueur-payeur. »

Les flux de déchets deviennent plus rentables

L'I.V.I.O. a également décidé de « diftariser » les parcs de recyclage et certaines fractions de déchets sont devenues payantes. « Nous voulions éviter les déchets non particuliers dans les parcs, surtout les déchets de construction et les déchets verts. » Depuis peu, de nouveaux flux de déchets sont devenus rentables. « Par exemple, la collecte de textile a récemment été ajoutée aux services de l’I.V.I.O. », explique le président Piet Seynaeve. « Jusqu’alors, chaque commune s’organisait individuellement et ce n’était certainement pas rentable pour eux. Aujourd’hui, l’I.V.I.O fait déjà un petit bénéfice sur cette activité. SUEZ ne se charge pas de cette collecte, mais sait comment bien commercialiser cette tâche. Cette initiative est d’ailleurs venue de Frank Bulcke. Il a également mené à bien les négociations avec les onze communes. » Cela illustre combien le partenariat public-privé est avantageux. « Le coût total de la collecte des déchets et de la gestion des parcs est beaucoup plus avantageux pour les communes lorsqu’elles les confient à un partenaire expérimenté », conclut le président de l’I.V.I.O.

La gestion privée sert l’intérêt général

Frank Bulcke constate que ses partenaires publics n’essaient jamais de l’influencer dans une direction politique. « Je ne vois pas de couleur politique dans la stratégie de l’I.V.I.O. attendue par les communes. L’I.V.I.O. est dirigée comme une entreprise. Cela donne de l’oxygène pour une bonne collaboration. » Le président de l’I.V.I.O. Piet Seynaeve pense que le directeur général doit cela à son attitude. « Il a une vision à long terme et consulte toujours les communes d’abord. Et les bourgmestres ont déterminé ensemble quels montants leurs communes veulent consacrer à l’I.V.I.O. C’est à la direction de l’I.V.I.O. de rester dans ces limites. Ce qu’ils font très bien. De plus, le partenaire privé adopte tout à fait le point de vue de l’intercommunale et défend avant tout ses intérêts. C’est étonnant, car il est quand même mandaté par SUEZ. »

121 500

habitants
11

parcs de recyclage
Recherches les plus fréquentes
TOP